La vocation et le parcours artistique

La vocation, Nicolas Nourrit semble l'avoir eu naturellement, sans presque y réfléchir. Dès l'âge de 6 ans, sa sensibilité pour le monde qui l'entoure et les gens qu'il aime le pousse à écrire ses premiers poèmes. A 7 ans, ses parents lui demandent d'apprendre un instrument de musique. Après avoir hésité entre la harpe et l'accordéon, le petit Nicolas (sic) opte finalement pour la guitare « un instrument qui permet de voyager ». La musique des Beatles, Beach Boys, Pink Floyd ou Neil Young, qu'il écoute à l'époque, y est peut-être pour quelque chose… Tandis qu'il apprend les notes dans une école de musique, il perfectionne ses tournures grammaticales avec pour mentor un grand père poète qui restera son plus grand héros.

Le premier déclic fort a lieu à l'âge de 12 ans alors que Nicolas Nourrit monte avec son cousin et quelques amis un premier groupe, très orienté rock, les références du moment étant Nirvana ou les Rage Against The Machine ! Le second déclic intervient trois ans plus tard lorsque la famille Nourrit quitte Paris pour Lyon. Alors qu'il doit se faire de nouveaux amis, Nicolas découvre le pouvoir rassembleur de la musique et l'aura que lui confère sa capacité à écrire et composer. Il prend alors conscience que les mots et les notes qu'il imagine peuvent toucher son entourage…
La période de ses 15-16 ans reste jusqu'à aujourd'hui la plus belle de sa vie. C'est celle du début du rêve comme il se plaît à le dire ! Celle de l'insouciance, des premières bêtises et des rebellions avec une bande de potes soudés comme les doigts de la main. De ces émotions ressenties témoignent des textes comme L'espoir ou Goethe . La musique du jeune auteur s'enrichit à mesure qu'il s'ouvre à d'autres styles musicaux. La découverte de Ben Harper le mène à celle du reggae puis de la world music avec des artistes comme Cesaria Evora ou Bonga.

En 2003, il débute une collaboration artistique avec Jean-Charles Daclin. Le duo travaille neuf mois sur l'élaboration de ce qui va devenir L'ère du tant. Pour les douze titres que compte ce disque, ils rassemblent les influences qui ont jalonnées sa vie et nous offre un voyage inédit dans son univers ; un mélange incongru qui réunit la poésie française de Brassens ou Brel avec les sonorités épicées de la musique capverdienne !

Nicolas Nourrit définit ses chansons comme des émotions ressenties à un instant donné. Il aime saisir ces moments furtifs et les retranscrire par des mots et des notes. Pour lui les meilleures chansons sont celles qui s'écrivent en un quart d'heure. Généralement tout vient en même temps : le texte, la musique. Quant à son rythme de création, Nicolas précise qu'il n'y a pas de moments spécifiques ; l'écriture, c'est tout le temps !

Flavien Doche